Accès direct

05 La Scie à Victor

La Scie à Victor a donné le nom de la Rue de la Scie.

Pour en savoir plus sur le musée en plein air

La scie à Victor

La scie à Victor construite en 1859 par son arrière grand-père Félix Vannay (1810-1877) fut exploitée par :

Son grand-père Alexis Vannay (1846-1932),

Son père René Vannay (1883-1957) et son oncle Flavien Vannay (1887-1937) après le décès de leur père Alexis,

René Vannay et son fils Victor jusqu'au décès de René Vannay,

Victor Vannay (1915-1996) à partir de 1957 et jusque dans les années 1970/1980.

La scierie a toujours fonctionné avec l'eau de la Meunière. Cette eau était captée dans la Greffaz à l'endroit dit "sous Cornillon" pour être canalisée et ensuite utilisée par plusieurs ateliers situés au fil de l'eau (atelier de tournage sur bois Trisconi).

Cette eau arrivait à la scierie dans une turbine hydraulique Francis réglable en fonction du besoin de puissance nécessaire pour mettre en service la scie ainsi que la mécanique et les diverses machines-outils qui y étaient installées. Celles-ci étaient utilisées pour débiter les différents éléments qui servaient à la confection de divers modèles de caisses à fruits vendues dans les coopératives fruitières du Valais central.

Les particularités de cette scierie furent : la possibilité de scier de longues billes de bois pour les artisans charpentiers de notre région ainsi que pour les habitants de celle-ci, d'être autonome sur le plan énergétique puisqu'elle avait la possibilité de fonctionner principalement avec l'eau et en cas d'insuffisance à l'électricité.

En accord avec la commune de Vionnaz, le canton du Valais et la Confédération, une rénovation du bâtiment a été effectuée durant le printemps 2020.

Imprimer la page Télécharger en PDF Recommander Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Administration Communale
Rue du Pavé 6
1895 Vionnaz
Tél. 024 481 42 52
Horaires d'ouverture
Lundi au mercredi de 11h00 à 12h00
après-midi sur rendez-vous
Vendredi de 11h00 à 12h00
après-midi sur rendez-vous
Jeudi fermé